Trucs et astuces pour mieux collaborer
Écrit par admin   
Lundi, 25 Août 2014 15:38
En tant qu'ingénieurs en connexions, notre plus grand défi est de bien interpréter l'intention des ingénieurs en structure tout en tenant compte des contraintes de temps et d'argent dictées par les fabricants d'acier.

Au fil du temps, nous avons identifié plusieurs éléments simples pouvant faciliter la coordination dans la phase de construction de la structure d'acier.

1 - Indiquer les charges réelles sur les plans de structure ou donner accès au modèle d'analyse structurale.

Les règles de conception générales du type:
• Réaction pour la charge uniforme donnant le moment ultime résisté par la section de la poutre (50% UDL)
• 50% de la capacité en cisaillement de la section de la poutre.

Bien que ces règles soient appropriées pour une grande quantité de membrures, dans beaucoup de situations, cela est très problématique pour le concepteur des connexions. Il nous oblige à renforcir les membrures ou spécifier des soudures très grosses. Dans les deux cas, cela provoque des délais et des coûts supplémentaires pour le fabricant. Le modèle d’analyse structurale donne les charges réelles, à nous de les utiliser et d’éviter les connexions surévaluées et les coûts inutiles.

2 – Permettre à l'ingénieur de connexions de communiquer avec l'ingénieur en structure directement.

La chaîne de communication entre l’ingénieur de connexion et l’ingénieur en structure est longue et fastidieuse surtout si l’ingénieur de connexion est sous-traitant du fabricant. Avant que la question ne rejoigne l’ingénieur en structure, elle doit passer entre les mains du fabricant et du contracteur général. Les risques de distorsion sont grands et le délais augmentent à chaque intervenant. Dans un contexte de projet « fast-track » , pouvoir communiquer directement avec l’ingénieur en structure permet de mieux communiquer et de respecter les échéances. Cela ne signifie pas d’exclure le fabricant et le contracteur général de la discussion, mais plutôt de les garder informer en tous temps des décisions qui sont prises.

3 - Éviter de faire une conception basée uniquement sur le poids des membrures.

Uniformiser les grosseurs de membrures à travers le projet simplifie non seulement le travail de l’ingénieur de connexions, mais aussi le travail de l’acheteur, et du personnel d’usine. En achetant des membrures du même type, on obtient des économies d’échelle sur l’achat, des connexions qui sont plus uniformes et on limite les erreurs de fabrication dans l’usine. Porter un soin particulier au choix des membrures pour un projet peut signifier des économies importantes dans la phase de construction.

4 – Dimensionner les colonnes en fonction de la compression certes, mais aussi en fonction des connexions qu’elles devront accueillir.

Un problème fréquent rencontré par les ingénieurs de connexion est de devoir travailler avec des colonnes trop petites. Que ce soit des considérations géométriques qui nous empêche de pouvoir boulonner dans l’âme/semelle ou encore une âme/semelle incapable de reprendre les efforts axiaux, des colonnes trop petites sont toujours un mauvais présage pour l’ingénieur de connexion. Un projet simple peu devenir très complexe si les colonnes ont été mal choisies. Les ingénieurs en structure doivent imaginer quel type de connexion sera utilisé par le fabricant, si des renforts seront nécessaires, si des connexions excentriques devront être utilisées, etc. Encore une fois, cela fait une différence énorme dans le bon fonctionnement du projet.

En espérant avoir sensibilisé certains d’entre vous ingénieurs en structure à la nécessité de concevoir la structure en fonction de la construction et non en fonction des efforts que devront supporter les membrures uniquement.

Pour toutes questions ou commentaires en lien avec cet article, n’hésitez pas à communiquer avec nous au info@conn-x.ca
Mise à jour le Lundi, 25 Août 2014 15:42